Mon fiscaliste a-t-il une âme?

Je laisse votre sagesse estimer et conclure...

S i je souhaitais distinguer le bien du mal,
quoi de mieux que de se référer au pénal ?
l’intérêt général n’est que mieux protégé
et les bandits volants sont bien emprisonnés.

Donnez au pénaliste un cas de corruption
Il plaidera une amende, et même de la prison,
il vous détestera, vous montrera du doigt
une sanction ma foi, trop sévère pour moi…

Donnez au fiscaliste un cas de corruption,
il fera un mémo, conditions, exceptions :
agent public ? étranger ? en vue d’un marché ?

à défaut, allez-y, vous pourrez soudoyer
le Maire de Saint-Tropez* et déduire les charges :
votre résultat fiscal a bien de la marge !

* Le Conseil d’Etat a effectivement reconnu qu’une société puisse déduire de son résultat fiscal une dépense de pot de vin versée au Maire de St Tropez en vue de l’obtention d’un permis de construire puisque « la dépense litigieuse a été faite dans l’intérêt de la société » (CE, 24 mai 2006, n°274471).

Article précédentCLAUSE ANTI-ABUS CONTRAIGNANTE : LA FIN DES MONTAGES ABUSIFS ?
Article suivantRÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE : VOTRE GUIDE POUR 2015

Commentaires (2)
Pierre
Envoyé le vendredi 26 juin 2015 à 16:44:19 Répondre
Plutôt habile!
Romain Ponsot [OFFICIEL]
Envoyé le vendredi 26 juin 2015 à 17:09:11
Merci Pierre
Commenter cet article
Réponse au commentaire de  Annuler la réponse