V ous étiez assujettis à l’ISF en 2013 et vous possédiez des contrats d’assurance-vie diversifiés ? Il se peut que la part d’ISF payée sur ces contrats vous soit remboursée. Explications !

En principe, et c’est chose acquise, un contrat d’assurance-vie rachetable entre dans l’assiette de l’ISF. La valeur à prendre en compte est donc la valeur de rachat du contrat au 1er janvier de l’année concernée. À l’inverse, les contrats non rachetables n’entrent pas dans l’assiette de l’ISF.

Mais alors, les contrats d’assurance-vie diversifiés comportant une clause temporaire de non-rachat entrent-ils dans l’assiette de l’ISF ?

Je me suis procuré, pour vous, le jugement 13/01893 du 26 février 2015 rendu par le Tribunal de Grande Instance d'Annecy.

Les demandeurs souhaitaient en effet récupérer une somme proche de 23.000 €. Cette somme litigieuse portait sur un contrat d’assurance sur la vie diversifié concernant les années d’impositions 2009-2010-2011 et 2012.

Le tribunal relève que le législateur a modifié l’article 885 F du CGI avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2014. Cette modification comporte un ajout faisant ainsi rentrer dans l’assiette de l’ISF les contrats comportant une clause temporaire de non-rachat.

Dès lors, ce type de contrat ne pouvait donc être dans l’assiette de cet impôt pour la période antérieure en l’état de la législation applicable claire et précise. Ainsi, avant le 1er janvier 2014, ces contrats n’auraient pas dû être inclus dans l’assiette de l’ISF. C’est pourquoi je vous recommande vivement d’effectuer une réclamation pour l’impôt versé en trop sur la part concernant ce type de contrat d’assurance vie.

Toutefois, et à cause du jeu des prescriptions en matière fiscale, vous ne pourrez effectuer une réclamation que pour l’année 2013. En effet, les années précédentes étant prescrites, et les années suivantes sont couvertes par la nouvelle législation du 1er janvier 2014.

Dépêchez-vous, vous avez jusqu’à la fin de cette année pour effectuer une réclamation. N’hésitez-pas à me contacter ou à contacter Romain pour plus d’informations.

Article précédentRÉSIDENTS FRANÇAIS, TRAVAILLEURS EUROPÉENS ET CONTRIBUTIONS SOCIALES : LE CONSEIL D'ÉTAT SE CONFORME À LA CJUE
Article suivantINTÉGRATION FISCALE, QUOTE-PART DE FRAIS ET CHARGES, LIBERTÉ D’ÉTABLISSEMENT : UNE QUESTION À LA CJUE

Commentaires (0)
Commenter cet article
Réponse au commentaire de  Annuler la réponse