L a notion d’établissement stable permet de déterminer si une activité industrielle ou commerciale exercée dans un Etat est imposable au lieu d’exercice des activités ou, au contraire, seulement au lieu de la résidence de l’entreprise. L'article 5 du OECD-MC le définit en ces termes : « Au sens de la présente Convention, l’expression "établissement stable" désigne une installation fixe d’affaires par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou partie de son activité ».

La loi interne de chaque pays va définir les conditions sous lesquelles un établissement stable sera qualifié. Généralement ces conditions sont proches de celles énoncées dans le modèle OCDE de convention fiscale.

1. Une installation fixe d’affaire

Exemple : un siège de direction, une succursale, un bureau, une usine ou un atelier, un lieu d’extraction de ressources naturelles, un chantier de construction ou de montage.

Par exception : Lorsque les activités ne sont que préparatoires ou auxiliaires, il n'y a pas d'établissement stable. En général lorsque l’activité est exercée moins de six mois (ou 12 mois selon la nature de l’activité) les conventions précisent qu'il n'y a pas de situation d'établissement stable.

2. Un agent dépendant

Le modèle de convention OCDE ne définit pas précisément l’agent dépendant. Toutefois, l’agent sera considéré comme indépendant s’il agit en son nom propre, et sans lien de subordination avec l’entreprise qui l’emploie, notamment : un courtier, un commissaire général, ou tout autre agent jouissant d’un statut indépendant ne sera pas agent dépendant tant qu’il agit dans le cadre ordinaire de ses activités.

Article précédentCONVENTION FISCALE INTERNATIONALE : ENJEUX ET MÉCANISMES
Article suivantOBJECTIF CRFPA : LE CALCUL DES DROITS D’ENREGISTREMENT DES TITRES DE SOCIETES

Commentaires (0)
Commenter cet article
Réponse au commentaire de  Annuler la réponse