norman fait des videos, non

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les youtubeurs et autres streamers exercent un métier absolument exempt de toute pression administrative et fiscale…

FAUX !

Ceux qui ont commencé une activité de streamer font rapidement l'expérience des acronymes que l'on aimerait éviter: BNC, IS, CFE, URSAAF, RSI, CSG/CRDS, SECU, TVA,...

Malheureusement, la complexité administrative et fiscale ne commence à se maîtriser qu'après de longues années de travail. Pour quelqu'un sans préparation, cette invasion d'impôts, taxes et autres contraintes administratives, donnera l'impression d'avoir à affronter un clash des Lopez.

Doyoutax propose donc des infos très utiles à destination des youtubeurs et autres streamers qui commencent à avoir du succès sur la toile, ...ainsi que pour tous les autres.

1 000 abonnés: prendre des bonnes habitudes

10 000 abonnés: l’auto entrepreneur

100 000 abonnés: la société

Nous espérons que ces informations pourront vous être utiles, n’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et à partager sur votre chaine si vous avez aimé.

Article précédentLE PFU : PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE UNIQUE (OU "FLAT TAX")
Article suivantLF 2017 : LES AUTRES MESURES INTÉRESSANT LES ENTREPRISES

Commentaires (1)
BASA Raymond
Envoyé le vendredi 15 juin 2018 à 18:00:52 Répondre
Bonjour M. Ponsot

Votre article m'interesse beaucoup, étant quelqu'un qui pense se mettre dans le monde de streaming si je ne reussis pas mon master de DIA.
J'ai une question quant au regime des abonnements: prenant l'exemple de Twitch, qui prend 50% de chaque abonnement (4,99$ par mois etant le plus simple). Le restant brut doit-il être déclarer aussi dans les impots, comme pour les donations? Où y-a-t il un seuil avant qu'on devra le déclarer?

Merci pour votre temps
Commenter cet article
Réponse au commentaire de  Annuler la réponse